René Pinon, né à Montbard le 5 février 1870 et mort à Paris le 29 septembre 1958, est un historien et journaliste politique français, auteur de nombreux ouvrages et chroniques sur les relations internationales entre le début du xxe siècle et la Seconde Guerre mondiale.

Կենսագրութիւն.-

Docteur en droit et ès-lettres, professeur à l’École Libre des Sciences Politiques, il collabore à partir de 1900 avec la Revue des deux Mondes, où il s’impose comme spécialiste des affaires d’Orient. Il y est responsable de la chronique internationale de 1922 à 1940. Il fait également partie de l’équipe éditoriale de Radio Tour Eiffel, où il rencontre notamment Gaston Monnerville, de 1921 jusqu’au sabordage de la station, consécutif à l’arrivée des nazis en 1940. Il collabore aussi avec plusieurs autres périodiques, dont les revues Questions diplomatiques et coloniales et Correspondance d’Orient, et le quotidien régional Ouest-Éclair.

Au cours de la Première Guerre mondiale, il dénonce vigoureusement le génocide arménien, se prononce en faveur d’une Arménie autonome et, au lendemain de la guerre, dirige la revue La Voix de l’Arménie.

Soutenu par Gabriel Hanotaux, il occupe pendant un temps un poste de conseiller diplomatique au ministère des Affaires étrangères.

Il reçoit le grand prix Gobert de l’Académie française en 1929.

Il fait partie, en 1938, des candidats pressentis pour la succession de René Doumic à l’Académie française, mais il est devancé par André Maurois par 19 voix contre 13.

La débâcle de 1940 et l’occupation mettent fin à ses activités publiques, même si, occasionnellement, il rédige encore quelques articles au début de l’après-guerre.

En marge de ses activités principales, il s’intéresse aussi à l’histoire de l’ancienne cité médiévale de Gerberoy et à la mise en valeur de son patrimoine. Il y fait la connaissance du peintre Henri-Eugène Le Sidaner, qui illustrera son ouvrage sur Gerberoy (paru en 1935). Cofondateur, avec Le Sidaner et d’autres personnalités, de la Société des Amis de Gerberoy, René Pinon en deviendra président.

Երկեր.-

La Cilicie et le problème Ottoman
Այս վաւերագիրը թուայնացուած է

Anthopologie de la Cilicie à la sortie de la Première Guerre mondiale. Publication par les éditions Gauthier-Villars et Cie à Paris en 1921. 176 pages. Préface de René Pinon. La Cilicie est sise approximativement entre les 36° et 38° degrés parallèles et les 32° et 34° degrés de latitude nord. Elles comprend le territoire enfermé dans … Շարունակութիւնը կարդալ

La Suppression des Arméniens – Méthode allemande – Travail Turc
Այս վաւերագիրը թուայնացուած է

La doctrine allemande du pangermanisme telle que l’ont établie ses philosophes et ses apôtres militaires ou civils est assez connue pour qu’il ne soit pas nécessaire de l’analyser longuement!. Le salut de l’État étant la suprême loi, on ne saurait concevoir une opposition quelconque entre la politique et la morale. Contre le peuple prédestiné « … Շարունակութիւնը կարդալ

La voix de l’Arménie

ARAM présente 28 numéros de la revue ” La voix de l’Arménie “, entièrement numérisée. Les exemplaires sont ceux du fonds Dvdk pour Aram.

La voix de l’Arménie est une revue bi-mensuelle française, éditée à Paris à partir du 1er janvier 1918 jusqu’en 1919. C’est l’organe du Mouvement Arménophile Français, succédant à Pro Arménia, qui porte les revendications des Arméniens, posant en France la question de la survie du peuple arménien et la dénonciation de l’extermination programmée des Arméniens (Le Génocide Arménien).

René Pinon est le rédacteur en chef de la revue, entouré d’intellectuels et de scientifiques français qui plaident la cause de l’Arménie et des arméniens. Nous retiendrons les noms de Clemenceau, d’Anatole France, A. Meillet, Denys Cochin puis de Paul Doumer et d’Emile Doumergue, de Frédéric Macler, Camille Mauclair, Jacques de Morgan, Salomon Reinach et bien d’autres qui forment le comité de patronage de la revue.

Rapport secret sur les massacres d’Arménie : 1915-1916
Այս վաւերագիրը թուայնացուած է

Le « Rapport secret sur les massacres d’Arménie » du pasteur allemand Johannes Lepsius, fondateur de la Deutsche-Orient Mission, fut publié en Allemagne en 1916. Bien que l’Allemagne fût à l’époque l’alliée de l’Empire ottoman, -Johannes Lepsius jugea de son devoir de porter à la connaissance de ses compatriotes l’ampleur de la déportation et des … Շարունակութիւնը կարդալ

Page 2 sur 212